Le blog de l'éducation artistique

Les élèves de CM1 CM2 de l’école publique de Montoison ont mené un projet autour du spectacle Digital natives. Ce spectacle  a joué en Comédie itinérante à la salle d’animation rurale de Montoison le 30 novembre 2018.

Avant leur venue au spectacle, les élèves ont rencontré Julie Pradera, chargée de relations publiques à La Comédie de Valence. Elle leur a  présenté le théâtre, la pièce et les a préparés à  la représenation.

Ils ont également rencontré Adèle Grasset, comédienne de Digital natives qui a mené avec eux un atelier de pratique théâtrale avant leur venue au spectacle. Au programme : l’adresse au théâtre, l’improvisation et travail de certaines scènes du spectacle.

Atelier de pratique artistique
Atelier de pratique artistique
Atelier de pratique artistique

Ils ont ensuite assisté à la représentation du 30 novembre puis travaillé avec leur enseignant, M. Polverino pour partager avec nous leurs impressions sur le spectacle.

Dessin Digital natives
Critique Digital natives
Critique Digital natives

  « J’ai adoré le spectacle, j’ai bien aimé la musique à la fin. J’ai cru quand il y a eu une étoile filante passée, quand elle a saigné et qu’elle est tombée j’ai cru qu’elle était morte. »   

« Le spectacle Digital Natives, était vraiment le meilleur spectacle que j’ai jamais vu, il y avait en même temps du rire et aussi de la peur et du suspense. »

« C’était un super spectacle, merci, j’aimerai savoir la fin. » 

 « J’ai adoré le spectacle. J’ai bien aimé quand elle dansait à la fin. Sinon j’ai bien aimé le reste du spectacle. J’aimerai avoir le reste de l’histoire, donc je vais inventer le reste du spectacle. »

« Lyne est un peu bizarre, parce qu’elle a une coupe de garçon et elle a des baskets très bizarres. »

 « J’ai aimé la chanson et la lumière qui va avec. J’ai aimé l’histoire du début à la fin c’était drôle. J’ai bien aimé la danse surtout Lyne c’est drôle comme elle dansait, même si elle dansait n’importe comment c’est ça qui est drôle. »

« J’ai aimé quand Sofia chantait. Je me demande comment ils cachent tous les câbles ».

 Les élèves ont retrouvé la comédienne Adèle Grasset pour un deuxième atelier de pratique lors duquel ils ont pu partager avec elle ces impressions.

Depuis 3 saisons, La Comédie de Valence travaille à une meilleure prise en compte des spécificités des publics handicapés et isolés. Ainsi sont proposées cette année des visites tactiles des décors, de l’audiodescription, des spectacles adaptés en langue des signes françaises et le dispositif des "Souffleurs de scènes".

Dans le cadre de la représentation de La Dame aux Camélias, ce jeudi 29 novembre, La Comédie a mis en place le dispositif « Souffleurs de scènes », accompagné de la visite tactile avant spectacle.

Après s'être rencontrées sur Songs de Samuel Achache,  Joëlle qui a une déficience visuelle et Tildy, une jeune souffleuse, déléguée culture de La Comédie, ont à nouveau partagé cette expérience.

Elles nous racontent : 

visite tactile du décor
visite tactile du décor
visite tactile du décor

Comment avez-vous vécu l’expérience de souffleurs de scènes ?

Joëlle : J’avais déjà vécu l’expérience de l’audio description il y a très longtemps à Lyon. J’avais trouvé ça très intéressant, très précis, mais souffleurs de scènes c’est différent, il y a ce rapport humain qui m’a beaucoup plu aussi.

J’étais au premier spectacle, Songs, accompagnée d’une jeune étudiante Thildy, de presque 18 ans, déléguée culture depuis deux ans, à qui l’équipe des relations publiques a proposé d’être souffleuse sur le spectacle.

J’ai trouvé que c’était vraiment une très belle expérience humaine et une bonne alternative. Quand je viens accompagnée de mon conjoint, ou des amis, il est souvent difficile pour eux d’expliquer les points importants, puisqu’ils sont dans la découverte du spectacle. Je n’ose pas toujours les interrompre, de peur de déranger. Alors que la souffleuse est là pour moi, je n’ai pas peur de la solliciter.

Que pensez-vous de la visite tactile avant le spectacle ?

Joëlle : La visite tactile avant spectacle me permet de toucher le décor, c’est plus facile pour moi d’apprécier le spectacle, de visualiser la scène et d’imaginer les décors. Mon mari peut m’y accompagner, et bénéficier de la visite lui aussi.

Et vous Thildy ? Que pensez-vous de cette expérience en tant que souffleuse ?

Thildy : Je vois les spectacles la veille de façon à le connaître et repérer les détails importants. Cela demande beaucoup d’attention.

J’avais un peu d’appréhension avant de vivre l’expérience, la peur de ne pas être à la hauteur, en dire trop, parler trop fort ou pas assez. Mais tout s’est très bien déroulé, un vrai lien et un bel échange s’est créé entre nous. J’ai donc de nouveau vécu l’expérience de souffleuse sur La Dame aux camélias avec Joëlle et compte bien continuer sur le reste de la saison. Puis je trouve ça super que nous retrouvions notre binôme à chaque spectacle.

 Les échanges me permettent même de voir autre chose dans le spectacle. Par exemple, pour Songs, Joëlle m'a demandé de quelle couleur était la robe de la comédienne, et sans elle,  je n'aurais pas forcément fait attention à ce détail.

Que pensent vos proches de cette expérience ?

Thildy : Beaucoup de mes amis, ne comprennent pas forcément la démarche, mais je leur réponds que ce n’est pas pour moi, pour avoir de la reconnaissance, mais vraiment pour ces personnes, pour leur apporter, les aider, et ça m’enrichit beaucoup. J’espère que ça va se démocratiser parce que c'est vraiment une belle expérience.

Propos recueillis par Eva Bonnet

 Dans le cadre de leurs cours de français, du 20 novembre au 23 novembre, la classe de seconde générale du Lycée Saint Louis de CREST, a participé, sous l’égide de l'équipe artistique de The  futur is female  Marion Aeschlimann, Chloé Giraud, Nicole Mersey, Jonathan Peronny , a la résidence de création de la seconde Controverse de la saison.

Résidence à Crest
Résidence à Crest
Résidence à Crest
Résidence à Crest

LE COMPTE-RENDU DE LA CLASSE DE SECONDE GENERALE 

« Pendant ces quatre jours des activités programmées se sont succédées différentes activités :

  • La première activité effectuée en classe entière, posait la question sur le genre.

« Pourquoi est-ce bien d’être une fille et pourquoi n’est-ce pas bien ?» Et inversement pour les garçons ; « Que pensez-vous de la domination masculine ? »

Les réponses données ont rendu compte d’un état d’esprit sain qui n’accepte pas de part et d’autre des dominants et des dominés. Certains, certaines ont pu se libérer de quelques secrets intimes.

 

  • La deuxième activité est un atelier réparti en 2 groupes, d’expression corporelle et de jeux de rôle qui consistait à se déplacer dans l’espace, perdre possession de son corps, transmettre une émotion sans parole où deux élèves devaient s’affronter par le regard, l’un dominé et l’autre dominant, et prendre possession du contexte en s’adapter au lieu qui nous entourait.

Ce jeu de domination nous a appris à garder notre sérieux pour ne pas céder, pour ne pas se soumettre à l’autre…

 

  • La troisième activité,  sans doute la plus concrète, a été la meilleure. Nous avons dû élire l’homme idéal et la femme idéale.

La représentation de ce débat s’est déroulée devant un public très nombreux venu nous soutenir et nous applaudir.

Nous avons improvisé un jeu théâtral et nous avons élu notre femme idéale. Certains avaient choisi un mannequin russe, qui mettait en avant, ses formes,… le fait qu’elle soit très belle.

D’autres avaient valorisé le côté engagement politique, humaniste en choisissant Simone Veil, Geneviève de Gaule, Angela.

Au final, Beidja, une camarade de classe a été élue pour sa détermination dans "La Défense de la femme".

Ce jeu théâtral nous a appris des techniques d’interprétation, écouter l’autre, porter sa voix. C’était génial !!!!

 

  • La quatrième activité a été la lecture par nos quatre comédiens  du début de leur création The future is female

 Cette magnifique semaine s’est terminée par un goûter offert par l’établissement.

 

Nous remercions vivement la Comédie de Valence, les Comédiens, la Région, l’établissement Saint Louis  de CREST et L’équipe pédagogique de notre classe Seconde Générale. »

 

 

La classe de seconde générale du lycée Saint Louis à Crest

Post récents

Archives